La plume dorée

Forum d'écriture entre amis... tout simplement
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heures limites

Aller en bas 
AuteurMessage
Dreamy Girl
Lecteur
avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 08/06/2006

MessageSujet: Heures limites   Jeu 8 Juin - 19:31

Voici une histoire inspiré d'une impro faites lors d'une pratique.....

Heures limites

Il était environs onze heures du soir, on ne voyait rien à travers les vitres teintées du train qui avançait tranquillement. Il avait fait un long trajet, mais il restait encore quelques heures à faire. Encore une fois pleuvait très fort, il avait fait rarement soleil cet été.

Il y avait peu de monde, sept ou huit par wagon pas plus et quelques employés. Dans le dernier wagon, se trouvait Alex et sa femme Kate. Ils étaient seuls et cela leur convenait très bien, ils désiraient avoir du calme.

Alex était affairé devant son portable à répondre par courriel à un investisseur, son épouse dormait, la tête tombait sur son épaule. Ces mains étaient posées sur son ventre qui devenait rond depuis neuf mois.

Un employé vint demander à l’homme s’il voulait quelque chose à boire. Avant qu’il ne puisse répondre, les lumières s’éteignirent soudainement.

- Que se passe-t-il? Demanda Alex
- Nous devons passer sous un pont, les lumières vont s’allumer dans quelque instant.

Effectivement, quelques secondes plus tard, un néon d’une couleur bleuté alluma faiblement. On ne pouvait pas voir clairement mais juste assez pour que l’on ne se cogne pas sur les sièges. Alex sourit et demanda à l’homme deux verres d’eau et le journal.

Il regarda Kate, elle ne s’était même pas réveiller. L’employé prit note la commande et tourna les talons pour sortir. Alex reporta son attention vers son ordinateur et vit qu’il ne fonctionnait plus. La batterie devait être morte… c’était impossible, il était branché sur la prise électrique du train

- Bordelle de merde!

Alex leva la tête, l’employé était en train d’essayer d’ouvrir la porte et avait laissez échapper la phrase.

- Quelque chose ne va pas? Demanda l’homme
- La porte refuse de s’ouvrir, dit l’employé, il doit y avoir une panne de courant… elle est électrique.

Alex hocha la tête, cela expliquait pourquoi son portable n’était plus en marche, il se leva en prenant bien soin de ne pas réveiller sa femme et alla vers l’employé.

- Cela veut-il dire que le train n’est plus en marche?
- Je l’ignore, probablement pas, il y a des génératrices en cas de panne.

Alex se dirigea vers les vitre, il ne voyait rien il faisait trop noir. Cela l’intrigua beaucoup, ne devrait-il pas voir d’autres lueurs bleues? Que ce passait-il?

Son portable sonna, il sursauta puis répondit.

- Allo?
- Vous êtes seuls maintenant… trois heures… je vous donne trois heures pour sortir de cette impasse, sinon je viendrais prendre vos vies… trois heures pas plus… Vous ne pouvez communiquer avec personne, dans le tunnel aucune onde ne se passe… Le temps vous est compté… trois heures!

Avant qu’il ne puisse placer un mot, il entendit une tonalité, il se retourna vers l’employé qui essayait toujours d’ouvrir les portes. Ils avaient trois heures… La personne qui avait appeler, comment avait-elle fait si les ondes ne passaient pas? Qui était l’étranger? Peut importe, il résoudrait se mystère une autre fois, leurs vies devait être sauvés avant tout.

- Qu’est-ce qui se passe ici? Demanda une voix féminine.

Alex se retourna, Kate était réveillée, elle se frottait les yeux.

- Nous avons trois heures…

Kate visiblement ne comprenait pas ni l’employé, Alex le voyait bien. Comment leurs annoncé la nouvelle? Il soupira longuement et récita ce qu’il venait d’entendre. Un lourd silence s’installa entre les trois passagers. Alex alla près de son épouse qui semblait sur le bord d’une crise de panique et la prit dans ces bras.

- Il y a toujours les fenêtres de secours. Dit l’employer. Elles ne sont pas électriques.
- Oui? Alors on a peut-être une chance.

Les deux hommes allèrent vers une des fenêtres et essayèrent de l’ouvrir. Elle était coincée, ils essayèrent la seconde, ce fut le même scénario.

- On est mal foutu. Dit Alex en s’assoyant sur un siège.
- Il n’y a rien qui puisse brisé la fenêtre? S’enquit la future maman.

L’employé réfléchit un moment puis hocha finalement la tête, il chercha quelque chose l’aveuglette sur le sol, la visibilité n’étant pas très bonne à cause de l’unique néon. Il finit par trouver une petite trappe avec une hache à l’intérieur. Sans attendre, il fracassa la première fenêtre qu’il vit, elle se brisa en mille morceaux.

- Je vais aller voir si le reste du train est encore là. Nous ne sommes peut-être pas seul dans ce pétrin : vaut mieux se regrouper.

Le couple approuva, il sortit du wagon par la fenêtre brisé. Alex se leva pour voir comment il se débrouillait tandis que Kate ferma les yeux.

L’employé avança tranquillement, il ne voyait aucun wagon. Le train était donc partit. Comment cela pouvait ce produire? Qui aurait pu faire ça? Pourquoi eux?

Perdu dans ces pensés, il ne vit pas qu’il était en train de mettre le pied sur la ligne électrique qui conduisait les trains. Il sentit une grande secousse lui traverser le corps, il fut projeté contre la paroi du tunnel où sa tête se fracassa. Sous le regard terrifié d’Alex, le corps de l’homme glissa sur le sol, mort.

- Ça va chéri? Demanda Kate.

Alex se retourna vers son épouse et hocha la tête. Il lui expliqua ce qui venait de se produire, sa femme éclata en sanglot en disant qu’ils allaient tous mourir. Son amoureux se précipita vers elle en la prenant dans ces bras et en essayant de la rassuré.

Une heure… il ne restait qu’une heure à présent. Il y a près de deux heures qu’il ne restait qu’Alex et Kate. Ils avaient essayés divers moyen pour s’en sortir, rien ne marchait. De plus, elle ne pouvait pas faire n’importe quel contorsion avec l’enfant dans son ventre.

L’homme tournait en rond, il ne pouvait pas mourir, non! Pas à cause d’un stupide psychopathe qui avait décider de les tués pour on ne sais quel raison. Il tremblait de rage face à son impuissance.

- Alex… Dit Kate qui brisa le silence qui durait depuis près d’une demie heure.
- Quoi? Dit-il a bout de nerf.
- Je…je crois que c’est le temps.
- Hein?

Alex se tourna vers son épouse, elle avait les mains sur son ventre, le visage crispé par la douleur.

- Alex fait quelque chose.

Aussitôt, il se précipita vers elle et la coucha et lui disant de ne pas s’inquiété, Kate hurlait de douleur a présent, les larmes commencèrent à inondé son visage. Son époux n’eut d’autre choix que de s’improviser médecin pour l’occasion.

Depuis près d’une demie heure que Kate était étendue sur le sol à s’époumoné lorsque finalement son amoureux fini par la faire accouchée. Contre toute attente, ils n’entendirent aucun pleur. Kate ferma les yeux d’épuisement.

C’est avec horreur qu’Alex vit que l’enfant qu’ils attendaient depuis neufs mois était mort, étouffé par le cordon obélical. Comment le dire à Kate...

- Kate…

Il attendit une réponse.

- Kate?

Il s’approcha de sa femme, elle avait les yeux fermer, elle devait dormir, il s’approcha d’elle encore plus près et remarqua que sa poitrine ne se soulevait plus. Non… pas elle… pas Kate. Elle ne pouvait pas…

Il essaya de trouvé un petit battement de cœur rien.

Il s’assit près du corps de sa femme, les mains pleines de sang, et il pleura. Pourquoi devait-elle mourir en donnant naissance à un enfant mort… Pourquoi?

Il regarda sa montre, vingt-deux minutes… seulement vingt-deux… Il se releva, les jambes molles par l’émotion de la perte de l’amour de sa vie.

Il se dirigea vers la fenêtre brisée. Il se pencha par terre, cherchant un bout de vitre, il réussit à en trouvé un. Sans même regarder, il se trancha les veines avec. Après tout, valait mieux mourir tout de suite que sous la main d’un fou.

Pendant ce temps, on pouvait lire un article dans le journal :

« On a trouvé la cellule vide du Train Killer qui fut accusé pour avoir tué près de 40 personnes en les enfermant dans des wagons et en les laissant ce suicider après qu’il ne leurs ai laisser que trois heures a vivre alors qu’il ne vient jamais sur les lieux… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Heures limites
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Questions sur les mains limites / scores...
» [En cours] Exécuter un script php par webcron aléatoirement toutes les demi-heures
» Les limites de la Justice : Procès IG contre perso fuyant
» L'uchronie : quelles limites ?
» Dans 24 heures, l'Australie pourrait sauver un million de kilomètres carrés d'océan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La plume dorée :: Catégorie Française :: Long récit-
Sauter vers: